Tribune : Culture : le ministère qui ne sert à rien ?

Le 17 octobre 2016 à 16 h 37 min, par Franck Margain

logo-ministere-de-la-cultureDans sa campagne pour les primaires de la droite et du centre, Jean-Frédéric Poisson propose la suppression du ministère de la culture. Et lorsqu’on lui demande pourquoi cette étonnante proposition, il répond souvent par une formule aussi laconique que provocante : « parce qu’il ne sert à rien ».

Alors évidemment ça choque. Nous sommes un pays où la « culture » est très importante… Nous n’envisageons pas de vivre sans être entouré par l’art. Et le ministère de la culture s’occupe tout de même d’un budget conséquent.

Mais réfléchissons sur le sens de cette proposition. Jean-Frédéric Poisson n’a jamais dit que la culture ne servait à rien mais le ministère. La question qu’il pose au fonds est : l’existence de l’art, de la « culture », est-elle tributaire de l’existence d’un ministère consacré ?

Sa proposition et les réactions qu’elle suscite nous forcent à regarder la dure réalité de notre pays. Nous sommes dans une situation où beaucoup n’arrivent même plus à envisager l’existence de l’art et de la culture sans un ministère pour les guider, et les commander.

C’est inquiétant de voir à quel point les mentalités sont devenues habituées à être encadrées. A tel point que l’on s’inquiète de l’absence d’une culture officielle… On se croirait presque dans l’Union soviétique, avec comme horizon artistique le réalisme soviétique…

Malheureusement, notre « culture officielle », notre réalisme soviétique à nous, l’orientation culturelle impulsée par le ministère nous mène à des catastrophes.

Ainsi, en plein milieu de la place Vendôme , un jouet sexuel géant a été exposé comme oeuvre d’art. C’était une autre manière de dire « nique la France »…

La proposition de Jean-Frédéric Poisson répond à ces questions : l’art pourrait-il exister sans ministère ? Oui ! L’art a-t-il besoin de subventions ? Oui. Mais ces subventions peuvent venir des collectivités territoriales (cela donnera bien plus de diversité qu’un ministère centralisé qui reproduit le même à l’infini). Il y a aussi le mécénat…

Quant à l’Etat, il devrait mieux se consacrer à la préservation du patrimoine exceptionnel de notre pays. Parce qu’on ne peut pas construire une culture vivante en faisant table rase du passé. Or, aujourd’hui le ministère de la culture ne consacre que 757 millions d’euros pour le patrimoine sur les 10 milliards d’euros de budget. C’est largement insuffisant.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER