Double nationalité : la mauvaise idée de l’extrême droite

Le 1 juillet 2014 à 11 h 45 min, par Franck Margain
double nationalité

Supprimer la double nationalité : la mauvaise idée de l’extrême droite

Un match de football a récemment mis en lumière le problème d’intégration en France. Des démonstrations de joie s’exprimant de manière excessive, inappropriée, dégénérant en quelques faits de violence, ont heurté la sensibilité d’un certain nombre de Français. Même si, au final, les faits répréhensibles n’impliquaient que quelques centaines de personnes (ce qui est restreint mais pas négligeable), sur le plan symbolique de graves dégâts ont eu lieu. Certains se sont dit qu’une partie de ces jeunes Français d’origine étrangère sont plus attachés à leur pays d’origine qu’à la France, ou alors pas assez attachés à la France.

Les nationalistes n’ont pas manqué de se saisir de cet évènement. Et, dans leur logique simpliste, ils ont proposé de supprimer la double nationalité. Cela n’a évidemment pas le moindre sens. Ce n’est pas parce qu’un Français d’origine étrangère mal intégré n’a plus de passeport étranger qu’il sera sentimentalement plus Français. Le cœur n’obéit pas à la paperasse administrative… On voit ainsi ce Front national qui ne cesse de fustiger les « Français de papier » devenir un ardent tenant de l’attachement patriotique par le papier… Quelle contradiction !

Supprimer la double nationalité n’est évidemment pas une solution pour améliorer l’intégration. Bien plus, c’est une mauvaise idée à plus d’un titre. Je me contenterai ici d’évoquer un aspect qui me tient à cœur : les graves implications qu’aurait la suppression de la double nationalité sur les Chrétiens d’Orient.

Il y a quelques 500 000 Chrétiens d’Orient Français ou vivant en France. Spontanément, nous ne pensons pas qu’ils soient concernés par ces questions car ils sont très bien intégrés, réussissent à l’école, etc. Mais de fait, si cette question de la double nationalité finissait par s’imposer, cela constituerait un problème très sérieux pour eux. Le fait de garder leur nationalité d’origine est fondamental. Il ne s’agit pas d’une question de double allégeance ou de je ne sais quel autre délire nationaliste. Les Français chrétiens venus d’Orient sont très loyaux envers la France. Mais si jamais, les millions de Chrétiens du Moyen-Orient, binationaux, vivant en Europe et en Amérique, perdaient les droits de leur pays d’origine, alors la présence chrétienne au Moyen Orient serait menacée au plus haut point. C’est d’ailleurs un souhait des islamistes. Et ceci, il faut le savoir, est un sujet de bataille important au Liban, par exemple.

D’autre part, ces centaines de milliers de Chrétiens d’Orient français constituent pour la France un lien privilégié avec le Moyen-Orient. S’ils perdent leurs droits dans leurs pays d’origine, alors ce serait un coup excessivement dur porté aux intérêts de la France.


Supprimer la double nationalité est donc contraire aux intérêts de la France, et mauvaise pour la présence des Chrétiens au Moyen-Orient.

Comme d’habitude, le Front national repère de vrais problèmes, les pointe du doigt, mais, au moment de proposer une solution, il montre son incapacité à tenir compte de la complexité des choses. Et il révèle son idéologie nationaliste plutôt que patriote…

Face à cela, nous les Chrétiens-démocrates nous proposons un vrai patriotisme, qui ne se complaît pas dans le rejet des autres, qui n’est pas fondé sur l’exclusion, sur la séparation, sur les murs. Nous, nous sommes patriotes. Nous ne sommes pas nationalistes. Nous aimons notre pays, nous aimons notre drapeau, sans éprouver le besoin de rejeter les autres. C’est dans ce cadre philosophique apaisé que la double nationalité doit pouvoir continuer à exister en France.

Nous, Chrétiens-démocrates pensons que l’intégration est en panne dans notre pays. Tout d’abord parce que la France s’est coupée de ses racines chrétiennes, et a perdu de vue son identité profonde, a maltraité ses valeurs, a abîmé sa culture. C’est une des raisons profondes qui explique que la transmission aux nouveaux Français se fait mal. Quand le peuple de France se retrouvera lui-même, alors l’intégration se fera beaucoup plus aisément. C’est cela notre patriotisme : transmettre cet amour de la France aux nouveaux venus en France et non pas les obliger à se couper de leurs origines…

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER