Une idée économique ambitieuse : l’Euro-Franc

Le 22 avril 2014 à 16 h 26 min, par Franck Margain

Depuis toujours des monnaies complémentaires coexistent avec les monnaies centrales. Ainsi, au Moyen age où les crises de liquidité étaient fréquentes, pas moins de 17 monnaies locales existaient dans le Languedoc en parallèle de la monnaie royale.

Aujourd’hui, dans le contexte de crise que nous traversons, l’idée d’une monnaie complémentaire refait son chemin discrètement. D’une idée technique, de laboratoire universitaire, nous voyons depuis quelques années son expérimentation dans la vie quotidienne, avec un certain succès, dans quelques petites villes de France.

A l’approche des élections européennes, la question de l’euro est plus que jamais d’actualité. Mais dans les différents programmes des partis qui se présentent à cette élection, nous ne voyons finalement rien d’innovant en la matière. Les extrêmes eurosceptiques de gauche comme de droite nous présentent la sortie de l’Euro comme une avancée. Et les partis plus institutionnels se contentent de critiquer la banque centrale et nos alliés allemands au passage.

Je tiens donc à saluer le projet des listes « Force Vie » qui ose l’innovation en proposant la mise en place d’une monnaie complémentaire : « L »Euro-Franc ». C’est une intuition intéressante de mon amie Christine Boutin, qui vise à construire une Europe plus juste, plus proche des peuples avec une monnaie locale source d’échange, de croissance et qui redonne confiance.

Cette idée est intéressante à plusieurs titres : elle offre des possibilités de croissance de l’économie, tout en respectant notre participation de premier plan à l’Euro. Elle pourrait être un outil au service d’une économie spécifique : territoriale ; sociale (pour favoriser les familles, les jeunes apprentis et les étudiants) ; écologique (elle pourrait être orientée vers l’écologie humaine, le développement durable) ; ou encore solidaire (elle pourrait être abondée en priorité au profit des plus modestes).

Sur le plan technique la banque de France serait émettrice de coupons « Euro francs ». Elle serait ainsi garante de sa stabilité et de la charte d’utilisation nécessaire à sa mise en place. Une somme à définir serait repartie à chaque Français, avec des possibilités de favoriser les plus démunis et les plus fragilisés. Cette monnaie serait échangeable sur le territoire national auprès de tous ceux qui souhaiteraient être partie prenante du projet. Mais elle ne sera pas convertible.

Cette idée, bien qu’au premier abord assez technique et donc rebutante pour certains, se révèle finalement très ancrée dans le réel. Une monnaie locale faciliterait l’échange. Sa circulation serait créatrice de richesse économique mais aussi humaine. La mise en place de l’Euro-Franc permettrait de fédérer la trentaine de monnaies locales aujourd’hui en circulation en France (la Beunèze, le Tenord, le Centrifolia…). Cela serait enfin un bon vecteur d’éducation populaire, pour permettre aux citoyens de se réapproprier les connaissances monétaires que beaucoup considèrent comme trop techniques et réservées à une minorité d’économistes et de spécialistes.

Enfin cette proposition a le mérite d’alimenter le débat sur l’Euro, ses avantages et ses coûts pour l’économie, tant Européenne que Française, sans rentrer dans la polémique souvent peu argumentée du maintien de la France dans l’Euro.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER