Travail le dimanche : Paris, l’exception dans l’exception

Le 30 septembre 2013 à 12 h 20 min, par Franck Margain

Cette semaine, la question du travail le dimanche est revenue dans le champs médiatique. Encore une fois. Et d’une manière assez agressive.

14 magasins Castorama et Leroy Merlin ont ouvert ce dimanche 29 septembre, en Île-de-France, bravant la loi de la République, et même les décisions de justice, pour imposer leur loi : celle de l’argent.

Je regrette cet acte, d’autant plus qu’il s’accompagne en réalité de cynisme. On a vu des employés être mis en avant, revendiquant la possibilité de travailler le dimanche pour améliorer leur pouvoir d’achat. Ainsi ces employés sous-payés sont poussés à demander eux-mêmes la fin des lois qui les protègent : voila le cynisme.

Le travail le dimanche est non seulement inefficace pour relancer l’économie – l’exemple de notre voisin Allemand le prouve : il possède la plus forte croissance en Europe, le taux de chômage le plus bas, un niveau de vie par habitant parmi les plus élevés d’Europe alors qu’il ferme ses magasins le samedi à 18:00 – mais il est en plus nuisible socialement.

Je défends ce jour de repos hebdomadaire, commun à toute la société, parce que j’affirme qu’il y a une vie en dehors du commerce.

Les ouvertures du dimanche comme le propose la loi « Mallié » doivent rester des exceptions.

A Paris, les zones touristiques doivent être étendues et permettre un compromis entre la survie des marchés de frais, petits commerces de bouche et le rythme des touristes.

Le dimanche est le jour du repos, de la famille, de la foi, de la culture, du sport, pas du supermarché.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER