Guerre en Syrie : La plaisanterie a assez duré

Le 4 septembre 2013 à 17 h 40 min, par Franck Margain

Intervention de Franck Margain pour la paix en Syrie.Le Président de la République, François Hollande est réputé pour son sens de l’humour. Et effectivement, il raconte bien les histoires drôles, et ses répliques nous font parfois rire. Malheureusement, sa politique et notamment sa politique étrangère menée par Laurent Fabius, n’a rien de drôle. En fait, il ne fait plus rire le monde ; mais à cause de lui le monde rit de la France.

Le cas de la Syrie est révélateur de cette politique qui semble être devenue une lourde plaisanterie, et qui nous ferait rire si la situation n’était pas aussi grave, et si les conséquences n’étaient pas aussi lourdes.

On le sait tous, intervenir en Syrie militairement en appui des rebelles islamistes serait une faute historique. Cela n’aurait pas d’autres conséquences que de semer plus de mort et de destruction, et de déstabiliser la région. La méthode qui consiste à outrepasser la légalité internationale n’est pas digne du pays des droits qu’est la France.

Quant au prétexte des armes chimiques, il est de toute évidence fallacieux. Cette guerre aurait déjà fait 100 000 morts. Mais étant donné qu’ils ont été tués par des armes conventionnelles, cela semble accepté.

En revanche, les armes chimiques ? C’est « un crime contre l’humanité ». Incompréhensible, d’autant plus qu’on ne sait pas qui a employé ces armes, et qu’aucune preuve n’a été avancée. Et des preuves existent de l’utilisation d’armes chimiques par les rebelles… Et des preuves existent des exactions des rebelles islamistes contre les populations civiles : des centaines de Chrétiens tués, égorgés, fusillés, pour le seul fait d’être chrétiens.

Ça c’est un crime contre l’humanité, monsieur Fabius ! Et des villages chrétiens vidés, et des églises détruites par centaines… Des centaines de femmes violées pour le « repos » du rebelle. C’est aussi cela le visage de la rébellion en Syrie.

Cette situation rappelle étrangement la dernière guerre en Irak qui avait été menée sous le prétexte de la présence d’armes de destruction massive imaginaires pour « instaurer la démocratie », en outrepassant la légalité internationale. Le bilan de cette guerre avait malheureusement été lourd : des centaines de milliers de morts, des millions de déplacés, les deux tiers des Chrétiens qui ont dû fuir leur pays, et un pays toujours instable où chaque mois meurent encore mille personnes dans des attentats.

Mais Monsieur François Hollande nous dit qu’il veut, malgré tout, intervenir en Syrie. Outre le fait que c’est une très mauvaise initiative, on se rend compte en plus qu’il a placé la France dans une situation de dépendance et de soumission qui le rend incapable de prendre sa décision de manière autonome. Ses ministres des affaires étrangères et de la défense se sont déplacés dans divers pays du Moyen-Orient pour consulter… Et lui-même est en contact téléphonique constant avec le président américain, attendant les ordres. Il attend la décision des Etats-Unis, il attend, et nous attendons avec lui… La France ira-t-elle, n’ira-t-elle pas ? C’est aux Etats-Unis de décider, semble-t-il.

Le Royaume-Uni, allié indiscutable des Etats-Unis, qu’on qualifiait de façon moqueuse en France de « petit chien des Américains » s’est finalement sorti de ce guêpier avec une certaine habileté. Mais Hollande persiste dans son erreur, et s’enferme dans une logique du ridicule. La France se transformerait-elle en vassal des Etats-Unis ?

La politique étrangère de la France est devenue un objet de dérision, et la parole de la France n’a jamais été aussi faible qu’en ces temps. Alors il est temps de changer. Le changement c’est maintenant qu’il faut le faire, avant qu’il ne soit trop tard. Et ce changement commence par prendre la décision d’une politique de discernement en Syrie.

Texte de mon intervention au rassemblement pour la paix en Syrie organisé à l’initiative du Parti Chrétien Démocrate.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER