Franck Margain répond à Nouvel Arbitre !

Le 15 mai 2013 à 12 h 00 min, par Franck Margain

En marge du café politique de lundi dernier, Franck Margain répond aux questions du magazine ‘Nouvel Arbitre’. Retrouvez son interview.

« Actuellement conseiller régional d’Île-de-France et Président délégué du Parti Chrétien-Démocrate (PCD pour les intimes), Franck Margain est l’un des cinq candidats à la primaire UMP pour Paris. Rien qu’à l’entendre, on sent l’homme de conviction portant un projet politique cohérent et clairement identifié contrairement à beaucoup de ses adversaires et de ses partenaires politiques.

Son objectif, il nous l’annonce sans fioritures : battre Anne Hidalgo et Bertrand Delanoë aux municipales et ainsi faire triompher la droite et le centre.

Mais tout de même, se lancer dans pareille entreprise cela demande une certaine habileté, un sens de l’organisation hors pair quand on voit le néant socialiste dont Hollande n’est que la figure de proue, ainsi qu’une expérience de la politique mais surtout une expérience du terrain. Des hommes et des femmes de ce genre, ça ne court pas les rues… même en cherchant bien ? Non, tout compte fait, ça ne court pas du tout les rues.

Cela étant, Monsieur Margain a quelques atouts dans sa poche qui le différencie de ses quatre compagnons.

Ces quelques atouts qui peuvent faire la différence :

– Homme d’entreprise, directeur d’une banque internationale, habile gestionnaire. Bonne connaissance du terrain et de l’homme qui rappelons n’est pas un robot auquel on assigne une tâche.

De par cette expérience, Monsieur Margain se propose d’assainir progressivement le budget de la Ville Lumière afin de mieux l’utiliser et surtout de pouvoir le réduire car il est au demeurant assez exorbitant. Cela dut notamment à la hausse entre 2001 et aujourd’hui du nombre de fonctionnaires (plus 10000).

– Il bénéficie également d’une expérience internationale grâce à laquelle il entend comparer les différents systèmes de gestion de plusieurs grandes villes comme Stockholm, Londres ou encore Hong-Kong. On assiste aujourd’hui à un fort exode rural nous dit il, et il faut le gérer correctement. Il faut un maire qui ne s’occupe pas uniquement de politique mais qui soit sur le terrain.

– De part son « poste » au sein du PCD, il peut rassembler un public plus large même si cet aspect comporte ses « risques ». Néanmoins, il n’hésite pas une seconde à affirmer les racines chrétiennes de la France, cet ensemble de valeurs qui lui insuffle le désir de replacer l’humain au centre de la vie économique et politique.

– Étant conseiller régional et membre de plusieurs commissions (développement économique, action sociale, affaires internationales), il est au fait de la politique actuellement menée par le joyeux Delanoë.

En termes d’emploi et de logement :

Le travail doit rester une valeur et non pas une contrainte monétaire.

– Il clame une baisse de 1 % en valeur par an du montant des dépenses publiques. En mettant en place le non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, ce qui permettrait petit à petit d’écouler le trop plein. Il y a plus de 50000 fonctionnaires à Paris.

– Il faut également favoriser les petits commerçants, les commerces de proximité en réduisant taxe foncière et consort grâce aux bénéfices dégagés par une gestion saine.

– Conformément à ses idées, Monsieur Margain est contre le travail le dimanche exception faite des métiers « de bouche ».

– Il faut diminuer les taxes sur les entreprises car elles sont génératrices d’emplois.

– Margain veut un Paris créatif, créateur d’emploi, dynamique et pas un « paris image » pour cela il prône la mise en place de pépinières d’entreprises ainsi que de crèches multi-entreprises jusque-là refusées car « aliénant le salarié à l’employeur. » dixit PS. Par la même, il faut entretenir un partenariat public-privé qui ne pourrait qu’être plus enrichissant qu’une guerre sans fin.

– Selon son analyse la politique de Delanoë en termes de logement est un véritable échec, car la ville se retrouve scindée en deux : les très riches et les très pauvres avec entre les deux les salaires moyens (1800 euros/mois) qui ne peuvent trouver de bons logements sur Paris. Ainsi il se promet de relancer des logements sociaux pour les familles, ce qui leurs permettraient d’accueillir grands parents ou enfants, car il n’a de cesse que de le proclamer au long de cette soirée, la famille est la première cellule qui compose la société.

– Il faut aussi repenser le logement pour les étudiants afin de générer un réel rayonnement estudiantin en France ainsi que dans le monde.

Parlons sécurité :

– Avec Delanoë, le refus des caméras de surveillance est très marqué. Or bien qu’il reconnaisse que cette mesure soit controversée, Monsieur Margain la soutient. Ayant longtemps milité contre il l’accepte aujourd’hui car elle garantie selon lui un certain sentiment de sécurité. Et puis cela aurait permis à coup sûr à Delanoë d’identifier « les nervis d’extrême droite » qui un certain 14 mai au soir ont tout cassé sur les Champs-Élysées. Contre ce fanfaron, Margain se veut être « un maire qui protège, qui apaise et qui écoute ».

– Il veut également mettre fin à cette coquille vide qu’est la brigade de sécurité et doter Paris d’une vraie police municipale (qui n’en a plus depuis le second empire). La police ne fait pas son vrai travail et ce à cause d’ordres qui lui intiment de se parquer dans des lieux tels des ambassades ou autres. (Bien sûr c’est utile, mais la meilleure défense, c’est l’attaque.)

– Il reconnaît néanmoins à son éventuel prédécesseur la mise en place des Noctambus bien qu’il regrette leur nombre trop peu élevé ainsi que le non-équipement en matière de caméras. Caméras qui seront présentes dans les 1er wagon de chaque métro, pour les travailleurs de nuit, et établissement de plages horaires nocturnes plus étendues.

– Le candidat porte également comme projets la création d’un péage numérique au centre historique de Paris pour limiter la circulation, ainsi que la création de nombreux parkings aux périphéries près des zones de transport en commun pour désengorger les flux de véhicules.

– C’est un bien beau programme que nous propose Franck Margain, on pourrait cependant lui reprocher son étiquette « UMP ». Mais étant entendu que le clivage droite-gauche n’existe plus, pourquoi se raccrocher à quelque chose de bientôt désuet, pourquoi ne pas restructurer toute la politique en faisant table rase de toutes les erreurs du passé ? Car après tout, qu’ils soient de gauche ou de droite, ils voulaient la même chose : gouverner.


1ère partie de l’interview en vidéo



2ème partie de l’interview


Lire l’article sur le site de Nouvelarbitre.fr

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER