Communiqué sur les récentes attaques contre la construction européenne

Le 17 mai 2011 à 00 h 21 min, par Franck Margain

Le Front National a présenté, le 13 mai, ses propositions en matière économique. Il propose la sortie de l’euro, le rétablissement des droits de douane protectionnistes, et l’arrêt de l’immigration qui serait à l’origine d’une dépense de 60 milliards d’euros ! Ces propositions et ces chiffres vraiment fantaisistes sont fondés sur l’ignorance. Non ! Les problèmes économiques que rencontre la France ne sont pas dus à l’étranger ou à l’extérieur. Ni les immigrants, ni l’euro, ni les importations ne sont la cause de nos maux. Et ce n’est certainement pas par un repli sur soi nationaliste que l’on améliorera notre situation économique. Bien au contraire.

Cette tentation de repli sur soi semble se répandre en Europe. Le 11 mai, le gouvernement danois, sous la pression du Parti du peuple danois d’extrême droite, a annoncé vouloir rétablir des contrôles douaniers permanents à ses frontières nationales. Cette mesure, prise sans concertation préalable avec les autres pays concernés, n’est pas acceptable.

Nos concitoyens, tentés par ces partis extrémistes anti-européens, devraient se souvenir que ce choix d’élever des murs autour de soi a déjà été tenté en Europe et n’a causé que morts et pertes économiques. Aujourd’hui, ce n’est plus le temps de la fermeture sur soi, mais de la formidable aventure de la construction européenne. Et ces attaques incessantes contre l’Europe nous affaiblissent ; ils ne nous renforcent pas.

Le système monétaire n’est pas parfait, c’est vrai. Mais nous devrions toujours avoir à l’esprit les avantages de l’euro : stabilité monétaire, inflation  maîtrisée, suppression des coûts de transaction dus à la conversion des monnaies, élimination de l’incertitude sur les taux de change, affirmation de l’euro comme monnaie internationale… L’Europe est un avantage pas un inconvénient.

L’euro donne à l’Europe plus d’indépendance,  plus  de poids dans la bataille économique, il est un ciment unitaire qui oblige les responsables politiques.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER