(CP) Squatteurs du collectif Jeudi Noir : qui sont-ils vraiment?

Le 3 mars 2011 à 15 h 57 min, par Franck Margain

Plusieurs détails étonnants sur l’identité des squatteurs liés à Jeudi Noir viennent d’être rendus publics ce matin par la presse, notamment dans un article signé par la rédaction du site Internet Atlantico.

En effet, à la lecture de ces informations, on apprend que les situations professionnelles des personnes qui ont tenté d’occuper illégalement un immeuble de la rue de l’Université seraient loin d’être précaires, comme le collectif Jeudi Noir a l’habitude de l’expliquer aux médias qui couvrent leurs actions coup-de-poing. Selon les journalistes d’Atlantico, ces militants « contre la précarité étudiante du logement » seraient tous, ou presque, des journalistes, des assistants parlementaires (l’un d’entre eux auprès de Noël Mamère) ou des collaborateurs politiques de la Région Ile-de-France travaillant avec Jean-Paul Huchon et au sein des groupes Europe-Ecologie et Front de Gauche.

Ce collectif s’était déjà fait connaitre en squattant plusieurs immeubles dans Paris, notamment cet hiver, avenue de Matignon, où de nombreux responsables politiques de gauche étaient venus les soutenir.

Franck Margain, Conseiller régional UMP d’Ile-de-France du groupe Majorité Présidentielle dirigé par Valérie Pécresse, souhaiterait vivement entendre les réactions des responsables politiques mis en cause par cette manipulation médiatique présumée. Si parmi ces squatteurs figuraient leurs collaborateurs, comment n’ont-ils tous pas pu le remarquer en venant leur rendre visite sur place pour leur apporter leur soutien ? Jean-Paul Huchon s’est en effet déplacé personnellement avenue Matignon en janvier dernier. Avouerait-il avoir consciemment participé à cette mascarade ?

Franck Margain souhaite en profiter pour rappeler que les problèmes de logement en Ile-de-France ne sont pas une priorité de l’exécutif régional. En plus de ne pas construire suffisamment de logements par an, contrairement à ses promesses de campagne, la majorité socialiste et verte au Conseil régional ne se bat plus pour l’accession à la propriété des classes moyennes en abandonnant l’aide à la construction de logements intermédiaires en Ile-de-France. Une grande partie de la population francilienne est donc complètement mise de côté par cette politique incohérente, ce que nous dénonçons depuis longtemps maintenant.

Au lieu d’organiser une grande pièce de théâtre où les directeurs de cabinet et les chargés de mission de la région Ile-de-France jouent le rôle des étudiants sans logement, ils feraient mieux de s’occuper des problèmes qu’ils dénoncent, et dont ils sont complètement responsables !

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER