Chrétiens d’Orient et français, même combat !

Le 31 octobre 2017 à 18 h 27 min, par Franck Margain

En 2013, en Syrie, le village chrétien de Maaloula, qui compte parmi les derniers au Moyen-Orient à parler la langue de Jésus, l’araméen, était tombé aux mains des islamistes. Ce village emblématique a finalement été libéré par l’armée syrienne et par les combattants chiites et rendu à ses habitants Chrétiens. Et la statue de la vierge Marie et la Croix se dressent de nouveau sur ce village comme dans de nombreux autres de cette région.

En France, nous nous étions mobilisés pour tenter de secourir les Chrétiens d’Orient ainsi persécutés. Et notre pays a accueilli quelques familles chrétiennes en fuite devant ces massacres. Mais quelle fut leur surprise et leur choc de constater que la France est elle-même sur une pente très dangereuse  pour les Chrétiens.

Depuis 2009, plus de 1500 églises et autant de cimetières catholiques ont été vandalisés, ou profanés, dans l’indifférence. Des Femens ont profané des églises, et cela été qualifié de nouvelle expression du féminisme par NKM en campagne pour la mairie de Paris. La RATP a refusé la mention « au bénéfice des Chrétiens d’Orient » sur les affiches du concert des « Prêtres » collées dans le métro, au prétexte de la laïcité. A longueur d’année, il est de bon ton d’injurier les Chrétiens au nom d’une tradition française de bouffer du curé (du Chrétien en fait).

En 2016, le père Jacques Hamel, martyr de la foi, a été assassiné par des Islamistes. Et à peine quelques minutes après le drame, des dizaines de messages ignobles sur Twitter ironisaient sur sa mort.

Tout récemment, de jeunes collégiens chrétiens ont été sommés d’enlever la petite croix discrète qu’ils portent à leur cou. Et durant la campagne présidentielle, Valérie Boyer s’est vu critiquée de façon haineuse parce qu’elle porte une petite croix autour du cou.

Dernièrement, Jean-Luc Mélenchon, bien connu pour sa haine du christianisme, a déversé des torrents de haine contre le drapeau européen dont la symbolique rappelle la Vierge Marie.

Et voici qu’on apprend que le Conseil d’Etat vient d’ordonner le retrait de la croix surplombant la statue du pape Jean-Paul II à Ploërmel dans le Morbihan.

Mais jusqu’où on va aller comme ça ? Ces Chrétiens d’Orient installés récemment en France, et les centaines de milliers d’autres qui sont là depuis plus longtemps, et dont beaucoup sont devenus français, interrogent notre société. Allons-nous réagir avant qu’il ne soit trop tard, et que la situation ne dégénère ?

Ces Chrétiens d’Orient, forts leur expérience, nous avertissent. Sachons les écouter ou alors nous connaîtrons en France le même sort qu’au Moyen-Orient.

Battons-nous pour que les symboles chrétiens ne soient pas interdits dans notre pays. Si les Chrétiens de Maaloula y sont arrivés, avec l’aide de leurs frères musulmans, nous pouvons nous aussi y arriver en France.

La laïcité ne doit pas se transformer en combat à mort contre les Chrétiens, ni contre les Musulmans. C’est une neutralité des autorités publiques et de l’Etat. Ce n’est pas une neutralisation des paysages de notre pays, ni une table ras

e culturelle. Nous sommes un pays de tradition chrétienne. Il y a des églises et des croix partout.
C’est ça la France. Et ça le restera.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER