Tribune : Emprunt vert et boue rouge.

Le 6 septembre 2016 à 10 h 50 min, par Franck Margain

1712d5529d721da1e0a64963c7b8bFrançois Hollande s’appelle désormais bond, green bond. En effet, l’agent 000 vient de nous gratifier cette semaine d’une nouveauté, le lancement d’un « emprunt vert » de 9 milliards d’euros, par l’émission d’obligations vertes.

Ce sont des obligations tout ce qu’il y a de plus normal, émises par l’Agence France Trésor. Mais elles sont vertes car affectées au financement de projets en lien avec l’environnement.

La préservation de l’environnement est une chose essentielle, tout le monde en conviendra. C’est même un sujet prioritaire. Cependant, la dette a augmenté de plus de 200 milliards d’euros depuis que François Hollande est Président. Et il faut aussi tenir compte de cette réalité.

D’autre part, cette même semaine, l’affaire de la Boue rouge a été relancée à la faveur d’une polémique entre Ségolène Royal et le Premier ministre.

Cette boue rouge est un déchet produit lors la fabrication d’alumine et aluminium. Elle contient des oxydes de fer, de la soude caustique, du plomb, du mercure, du chrome, du zinc, de l’arsenic, etc. Bref, des matières chimiques toxiques pour l’homme et pour son environnement.

Manuel Vall a autorisé l’usine appartenant au groupe Alteo, à Gardanne, à continuer à rejeter en mer ces déchets. Et pas n’importe où en mer, mais dans le canyon de Cassidaigne, une fosse marine en plein dans le Parc national des calanques ! Monsieur Valls a pris les calanques pour une fosse sceptique…

Les eaux sont censés être filtrées et les seuils ont été abaissés. L’entreprise ne rejetterait par exemple plus que 11 kg d’arsenic au lieu de 42 kg. Nous voilà rassurés ! Il faudra juste éviter de boire la tasse quand on se baignera à Cassis…

Il y a là une incohérence grave. Il ne suffit pas de colorier les obligations en vert pour préserver l’environnement Monsieur Hollande ! Commencez d’abord par empêcher votre Premier ministre de détruire notre patrimoine naturel. Et alors peut-être l’emprunt vert aura un sens.

Mais polluer puis emprunter pour dépolluer est un crime envers notre génération et les générations futures.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER