Franck Margain sur BFM Business sur l’économie sociale et solidaire

Le 9 novembre 2011 à 16 h 20 min, par Franck Margain


Franck Margain dans Grand Paris sur l'économie… par FranckMargain

Bonjour à tous,

Le sujet qu’il nous a été offert d’aborder était l’économie sociale et solidaire, pan de l’économie qui m’est cher, véritable fer de lance des idées démocrates chrétiennes, et pour lequel j’étais très heureux de pouvoir donner mon avis. En effet, qu’est-ce l’économie sociale? Elle est un des versants très positifs de l’économie, qui bien sûr comprend les associations, les coopératives ou encore les fondations à but solidaire. Elle consiste également à une meilleure distribution des richesses au sein d’une entreprise, et c’est aussi depuis quelques années la participation active des salariés à la gouvernance de l’entreprise dans laquelle ils travaillent. Si elle a encore besoin d’être en partie subventionnée, ceci afin de lui permettre de voler seule, cette voie n’est pas la solution, loin de là. Il faut bien au contraire lui donner les outils de son indépendance, et c’est en faisant confiance en la fiabilité de son système et non pas en assistant en permanence ses acteurs, comme le souhaitent beaucoup trop les écologistes et les gens de gauche, que l’économie sociale et solidaire pourra à terme devenir un pilier fondateur des nouvelles bases dont a besoin notre société en mal de solidarité et les structures économiques actuelles.

Nous étions bien sûr, tous les invités du plateau, des défenseurs de cette économie sociale et solidaire, mais j’aimerais insister et vous inviter à regarder cette émission, où je me suis efforcé de faire comprendre, notamment à Corinne Bord, conseillère régionale PS, que les banques ne sont pas les ennemies de l’économie sociale et qu’elle n’est pas née suite à la crise du capitalisme que nous traversons en ce moment. Elle est un modèle de développement qu’il nous faut proposer, soutenir et développer, et je suis convaincu que les jeunes d’aujourd’hui, en quête de création d’entreprises, se dirigeront naturellement vers cette approche plus humaine et plus démocratique, que les banques, qu’il ne faut pas diaboliser en permanence, soutiennent de plus en plus.

Vous voulez réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Félicitations pour votre passage ! Bravo !

La participation des jeunes dans l’entreprise ,au bénéfice de celle-ci me paraît être une bonne solution.Evidemment cela demande de la pression sur la personne.

INSCRIVEZ-VOUS


À LA NEWSLETTER